L’accession à la propriété séduit toujours les Français

Selon une étude publiée par l’Insee, l’intérêt des Français pour l’accession à la propriété ne diminue pas. Au contraire, ils seraient de plus en plus nombreux à devenir propriétaires. Un bémol toutefois, les primo-accédants et les ménages les plus modestes ont toujours autant de mal à accéder la propriété.

Les Français sont-ils toujours tentés par l’achat d’un bien immobilier ? Il semble que la réponse à cette question soit oui, selon la dernière étude de l’Insee publiée mercredi.

Avec plus de 600.000 ménages ayant acquis une résidence principale entre 2002 et 2006, l’accession à la propriété fait donc toujours partie des priorités des foyers. Mieux, ce nombre a progressé puisqu’ils étaient 550.000 entre 1997 et 2001.
Cependant, l’étude de l’Insee note plusieurs évolutions. Si la majorité des achats se portait sur le neuf dans les années 80, entre 1997 et 2002, cet achat ne représentait qu’un peu plus du quart des acquisitions, pour à nouveau rebondir (+32%) entre 2002 et 2006.

Le succès de la maison ne faiblit pas
Ainsi, si entre le neuf et l’ancien, la fluctuation est de mise, une chose est sûre, la maison reflète toujours le rêve des Français. En effet, entre 2002 et 2006, près de 70% des achats immobiliers étaient des maisons individuelles. D’autre part, sans surprise, l’accession à la propriété se développe de plus en plus dans les zones rurales. Ainsi, 47,5% des accédants récents ayant acheté dans le neuf entre 2002 et 2006 vivent en zone rurale alors qu’ils n’étaient que 29% au début des années 90 et 38,3% à la fin des années 90. Le prix n’est pas étranger à cette tendance, même s’il a augmenté autant que dans les zones les plus denses. Ainsi, entre 2002 et 2006, une maison coûtait en zone rurale éloignée 136.000 euros, 163.000 euros en zone périurbaine, plus de 170.000 en petites agglomérations et plus de 200.000 dans les grandes.

Des difficultés pour les plus modestes
Malgré ces différences de prix d’une zone géographique à l’autre, reste qu’une donnée perdure et s’est même accentuée au cours des décennies : la difficulté pour les foyers les plus modestes à accéder à la propriété. Les 25% de ménages les plus pauvres représentaient seulement 8,7% des accédants récents entre 1997 et 2001 et 6,3% entre 2002 et 2006. Une tendance résultant, entre autres, par les fortes hausses des prix de l’immobilier enregistrée ces dernières années. Enfin, les jeunes n’on pas été pénalisés par les évolutions du marché. La proportion des moins de 40 ans augmentant même légèrement, de 64,1% entre 1997 et 2001, à 66,1% entre 2002 et 2006. Leur jeune âge leur offre un horizon d’emprunt plus long tandis que la baisse des taux d’intérêt leur permet d’allonger la durée de leurs prêts, selon l’étude.

immobilier-lorgues-83510 - immobilier-artignosc-sur-verdon-83630 - immobilier-aups-83630 - immobilier-barjols-83670 - immobilier-baudinard-sur-verdon-83630
immobilier-cotignac-83570 - immobilier-montmeyan-83670 - immobilier-tavernes-83670 - immobilier-tourtour-83690 - immobilier-villecroze-83690
Nos honoraires